Sur la route Alpine de huay-huash

En 1985, deux alpinistes anglais, Simon Yates et Joe Simpson, réussissaient la première ascension de la face nord-ouest de la Siula Grande (6 344 m) dans la cordillère de Huayhuash au Pérou. Si la cordée atteint le sommet, c’est dans la descente que les deux alpinistes vont connaître un véritable calvaire. Simpson chute contre une paroi et se casse la jambe. Plus tard, il dévisse dans le vide et n’est plus retenu que par la corde qui le lie à Yates, 50 mètres plus haut. Terrifié et sans solution, Yates décide de couper la corde. Un effroyable récit mis en scène dans un livre, puis dans un documentaire, La Mort Suspendue (Touching the Void).

C’est avec une telle aventure que naît un mythe, celui d’une cordillère glaciaire aux flancs tourmentés, à la verticalité brute et vertigineuse. Le massif est particulièrement compact, comme replié sur lui-même, engendrant une géographie qui laisse peu de place à l’improvisation. Très prisé depuis une vingtaine d’années, le tour de Huayhuash est un des treks mythiques des Andes Centrales. Il suffit pourtant d’ouvrir une carte topographique pour se rendre compte qu’il est possible de quitter la route normale et de s’engager dans une variante plus aérienne et exigeante, au plus près de son système glaciaire. Dénivelés vertigineux, étroits cols glaciaires, isolement total, la route alpine de Huayhuash (7 jours, 68km, 3750m D+, 5260m D-, point culminant à 5100m d’altitude) révèle les merveilles d’une cordillère dont on pensait qu’elle avait livré tous ses secrets.

Un photoreportage de Stéphane Vallin.

Crédits: © Stéphane VALLIN – Yunka Trek

Note sur Stéphane Vallin:

20 ans qu’il parcourt les Andes à pied et aujourd’hui résidant à Cusco, Pérou. Co-fondateur de l’agence de trek péruvienne Yunka Trek, guide, auteur-photographe, il publie régulièrement des reportages dans des magazines spécialisés en France et en Amérique Latine. Au fil des années, il est devenu l’un des grands spécialistes des cordillères péruviennes: Vilcanota, Vilcabamba, Huayhuash, la région des volcans d’Arequipa et des sources de l’Amazone, la cordillère blanche ou encore celle de Pariacaca, largement méconnue. Il s’intéresse également aux chemins précolombiens et aux dernières routes caravanières (à dos de lama) du sud du Pérou. Son prochain projet l’emmènera vers des terres plus australes, sur les traces du Great Patagonian Trail. 

3 Comments

  1. Magnifique ! Ça donne envie de découvrir ces contrées reculées !

    Reply
    • Merci Ugo! Huayhuash est vraiment un must si vous allez là-bas. Très prochainement, un autre sujet encore plus aérien, toujours au Pérou!

      Reply
    • Salut Ugo** Oui les Andes centrales du Pérou et de Bolivie recèlent de trésors. Juste au Pérou, 18 cordillères…
      Bon vent…

      Reply

Submit a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Une idée d’article ? Envie de contribuer ?

Vous aimez la république du trail ? faites le savoir.

Pin It on Pinterest